Intervention d’Yvon Cousin lors du Conseil Municipal du 18 Février 2015

YvonCousin

Monsieur le Maire,

Vous avez souhaité nous associer au plan que vous avez appelé « sursaut républicain » , après les attentats de ce début d’année. Je vous en remercie au nom du groupe « Lambersart le cœur en plus ! »Est-ce le début d’une reconnaissance et pouvons-nous espérer un jour siéger à vos côtés au SIVOM ou au CTP ?
Merci donc Monsieur le Maire mais souffrez qu’avant que je vous fasse part du début des réflexions de mes amis je vous dise notre inquiétude et acceptez que je critique certains points de votre plan.
Notre inquiétude résulte d’une prise de conscience.
Lambersart est-elle la ville paisible et accueillante que nous aimons présenter ? Ne nous réfugions pas derrière des clichés. Je vais exagérer le trait mais je voudrais rappeler ici que nous avons vécu ces dernières années la mort dans une rixe de Sandro un jeune handicapé bien sympathique ; l’agression mortelle de M. Lionet un artisan frappé à coups de battes de base-ball; l’attaque au cocktail Molotov de nos policiers municipaux en surveillance statique. Souvenons nous aussi de ces deux adolescents , terreurs d’un quartier, qu’il a fallu faire incarcérer .Et plus près de nous encore ce jeune Lambersartois qui , par provocation en espérant que ce ne fût pas par conviction , a hissé le drapeau islamiste sur le toit dune maison au Maroc.
Peut-on connaître ici des émules de Coulibali ou des frères Kouachi ? Voyez cette commune de Lunel, près de Montpellier , de taille semblable à la nôtre,d’où sont partis une quinzaine de jeunes djiadistes dont six sont morts au combat .Heureusement, M.le Maire, j’ai aussi en tête cette belle , émouvante et fraternelle cérémonie annuelle d’intégration dans la nationalité française qu’a initiée il y a quelques années avec votre accord Me Chasseing.. Restons donc confiants et en même temps préoccupés.
Nous ne doutons pas M.le Maire que vous avez pris , comme nous, la mesure de cette situation préoccupante. Votre sursaut républicain ,nous l’approuvons tout en regrettant deux choses : la récupération politique qui l’a accompagné et l’ inadaptation de certaines propositions.
Les corps des victimes des attentats n’étaient pas encore en terre que déjà vous aviez convoqué la presse en proposant quelques mesures peut-être trop superficielles ou inappropriées.
Pourquoi par exemple vous précipiter à proposer une nième loi laquelle, dites-vous, « préservera nos libertés tout en étant intraitable avec les barbares » ? Mettons cela sous le coup de l’émotion. En outre, croyez-vous vraiment que la création d’une université populaire du SIVOM, et une conférence de Luc Ferry soient de nature à freiner la délinquance meurtrière ? Vous souhaitez aussi une rencontre organisée par vos soins entre fidèles de différentes religions. Les échanges sont bien sûr souhaitables , encore faut-il qu’ils aient une suite concrète . Je voudrais rendre ici hommage au travail discret et intelligent qu’a déjà entrepris Monsieur l’abbé Bordarier dans ce domaine.
J’en viens maintenant à nos propositions. Depuis que vous nous avez invité à la réflexion, il y a un mois, nous avons en commissions de « Lambersart le cœur en plus ! » examiné et répertorié les actions que nous pourrions, avec vous si vous le souhaitez, mettre en œuvre , sans grever le budget municipal.Le champ des interventions possibles est très large si nous voulons répondre à la double question : d’une part comment éviter que des jeunes de chez nous , vivant comme dit M. François Mabille, professeur à Sciences Po « dans la misère intellectuelle et morale. » souvent en manque d’amour et en carence éducative ne se muent en Kouachi ou en Coulibaly et comment éviter d’autre part que des jeunes apparemment sans problème ne se laissent aller à des excès condamnables dans l’alcool, la drogue la délinquance et se laissent même embrigader?
Nos commissions ont travaillé et leur travail n’est pas terminé. Nous avons pu dégager quelques principes qui peuvent être déclinés en une bonne vingtaine d’actions que je vous propose sous forme de tableau pour une meilleure compréhension.

10896996_762111307229882_4818810347770912769_n

Question Orale de Madame Bérangère Lepoutre lors du Conseil Municipal du 18 Février 2015

BerengereLepoutre
Question de Madame Bérengère LEPOUTRE

Monsieur le Maire,
Vous n’avez pas souhaité que notre formation siège au SIVOM Alliance Nord-Ouest. Néanmoins, la ville de Lambersart participant financièrement à cet organisme, nous aimerions connaître le montant de notre participation annuelle, celui des autres communes ainsi que le budget global de cet organisme ?
Je vous remercie.

Question Orale de Monsieur Bernard Coffyn lors du Conseil Municipal du 18 Février 2015

BernardCoffyn

Questions de Monsieur Bernard COFFYN
Monsieur le Maire,
Lors du conseil municipal du 27 mai 2010, dans la délibération n° 19 reprise sur le Procès-Verbal aux pages 41, 42, 43 et 44, le Conseil Municipal de l’époque vous avait autorisé par 28 voix pour, 3 voix contre et 4 abstentions à :
– accepter la donation des œuvres (peintures), pour partie en pleine propriété pour une exposition à l’Hôtel de ville estimée à 17.600€ et, pour partie en nue-propriété estimée à 127.950€ jusqu’au décès de M. CLAEYS,
– d’accepter la donation en nue-propriété de la Villa des Roses sise au 220 avenue de l’Hippodrome selon les charges et conditions mentionnées dans le projet d’acte, pour un montant estimé 600.000€ en pleine propriété et à 420.000€ en nue-propriété
– d’autoriser M. le Maire ou l’Adjoint délégué à signer l’acte notarié et à réaliser toutes les formalités nécessaires.
Cette donation a été était faite par M. CLAEYS par acte notarié et acceptée par le donataire en occurrence la municipalité sous certaines charges et conditions à respecter par la municipalité :
– Les œuvres picturales ont été données en pleine propriété à la ville pour être exposées de façon permanente et accessible au public, à l’Hôtel de ville, dans un ensemble dénommé « Galerie Catherine et Bernard CLAYES » mise en place au plus tard le 31 décembre 2011, ou tout autre lieu équivalent présentant la même qualité culturelle.
– D’autres œuvres picturales, ont été données avec réserve d’usufruit au profit de M. CLAEYS jusqu’à son décès sous la condition de rejoindre l’exposition dans la Galerie « Catherine et Bernard CLAEYS » au décès de M. CLAEYS, alors que les 2 sculptures en bronze d’une valeur globale estimée à 85.000€ données également avec réserve d’usufruit devront rejoindre le jardin de l’Hôtel de ville au décès de M. CLAEYS.
La villa des Roses a été donnée en nue- propriété à la ville sous les conditions suivantes :
– La ville s’est engagée à faire toutes les grosses réparations qui viendraient à être nécessaires pendant toute la durée de l’Usufruit pour un montant maximum de 200.000€ (valeur en mai 2010).
– La ville s’est engagée à ne pas aliéner la villa, inscrite à l’Inventaire du Patrimoine Architectural et Paysager, pendant une durée de 3 ans à compter du décès de M. CLAEYS, à ne jamais la démolir.
– La ville s’est engagée, au décès de M. CLAEYS, à financer le rapatriement du cénotaphe contenant l’urne funéraire de son épouse ainsi que la sienne au cimetière paysager.
Or, à ce jour, Monsieur le Maire, soit 6 ans après vous avoir autorisé à accepter cette donation, vous n’avez toujours pas respecté une des toutes premières conditions de cette donation.
En effet, les œuvres picturales données en pleine propriété par Monsieur CLAEYS ne sont toujours pas exposées aux Lambersartois alors que la date limite avait été fixée par l’acte notarié au plus tard 31 décembre 2011.
Nous souhaiterions donc savoir où sont actuellement ces œuvres et les raisons pour lesquelles vous n’avez pas respecté cette condition de la donation ?
De plus, nous aimerions savoir également quels ont été les travaux réalisés dans la villa des Roses à ce jour ainsi que leurs coûts ?
Enfin, nous aimerions avoir une copie de l’acte notarié ainsi qu’un inventaire complet des œuvres picturales et autres données à la ville par M. CLAEYS ?
Je vous remercie.

Question Orale de Madame Marie Françoise Delesalle lors du Conseil Municipal du 18 Février 2015

MarieFrancoiseDelesalle

Question de Madame Marie-Françoise DELESALLE

Monsieur le Maire,
Osons d’abord une redite : la culture est l’identité et la singularité d’une commune. Elle doit être le fruit d’une proximité et la réflexion de tous. En conséquence deux questions se posent par rapport aux manifestations et aux expositions proposées au Colysée. La première est : quels sont les critères retenus lors du choix ?
La seconde question est : lors des décisions, quelle instance ou quel comité de citoyens assistent les adjoints à la culture et au tourisme ?
Bondues organise le 28 et 29 mars 2015 son 17ème Salon du livre. Cette manifestation devient de plus en plus populaire et réunira à cette occasion près de 150 auteurs sur environ une cinquantaine de stands. Elle correspond donc à un besoin.
Nous proposons, dans le cadre de la politique culturelle de la ville, la création d’un salon du livre des auteurs Lambersartois. Ces derniers sont nombreux et s’illustrent dans tous les genres : romans, reportages, policiers, essais, humour, et bien d’autres encore. Cela permettrait à nos concitoyens de les découvrir, aux auteurs d’être honorés par leur commune et rendrait visible et plus vivant encore le magnifique travail que font toutes les bibliothèques et les diverses associations culturelles depuis de nombreuses années.
Je vous remercie.

Question Orale de Monsieur Olivier Fauchille lors du Conseil Municipal du 18 Février 2015

OlivierFauchille

Question de Monsieur Olivier FAUCHILLE

Monsieur le Maire,
Voilà plusieurs fois que je vous interpelle en conseil sur l’élaboration de la charte informatique. Mais de rendez-vous en rendez-vous reporté nous en sommes toujours au même point .Près d’un an après le renouvellement du Conseil peut-on espérer traiter au fond ce problème ?
Je vous remercie.

Question Orale de Mademoiselle Corinne Ferrier au Conseil Municipal du 18 Février 2015

CorinneFerrier

Question de Madame Corinne FERRIER

Monsieur le Maire,
Certains cadres de la mairie bénéficient de compléments de rémunération pour des conseils à divers organismes ou associations. Afin d’évaluer le bien-fondé de ces prestations effectuées dans le cadre ou en dehors des obligations de service de ces personnels, nous aimerions, par organisme et depuis ces cinq dernières années, connaître le montant mensuel des rémunérations accessoires perçues par certains agents. L’identification des agents concernés n’est évidemment pas nécessaire.
Je vous remercie.

Question Orale de Madame Loquin Sonia au Conseil Municipal du 18 Février 2015

SoniaLoquin

Question de Madame Sonia LOQUIN

Monsieur le Maire,
Certains organismes ou associations reçoivent de la ville une subvention importante parfois peut-être supérieure à 50% de leur budget. N’est-il pas obligatoire que le Conseil Municipal soit informé de l’utilisation des fonds ainsi affectés ? Un rapport annuel ne doit-il pas nous être présenté ?
Je vous remercie.