Action aux Muchaux

Nettoyage des Muchaux

« Lambersart le Cœur en Plus » était bien présent à la grande opération de nettoyage des fossés des Muchaux de ce samedi 19 mars 2015.

Les habitants de Verlinghem, Saint-André et Lambersart se sont mobilisés pour participer à cette action à la fois utile et symbolique. Il s’agissait de marquer la désapprobation de la population sur la manière dont le projet du 7ème quartier aux MUCHAUX a été mené. Parti sur de bonnes bases de concertation préalable,  il y a plusieurs années, le projet s’est interrompu puis est réapparu  quasi ficelé. Sans que les habitants des quartiers voisins n’aient pu y contribuer réellement et  de nombreuses nuisances sont aujourd’hui dénoncées dans ce projet, y compris par des associations locales :  voir notamment les articles de la Voix du Nord sur le sujet.

Cérémonie du 19 mars 2016

 

 

19 mars

Cérémonie et discours émouvants ce samedi 19 mars matin à Lambersart pour commémorer le 54ème  anniversaire du cessez-le-feu du 19 mars 1962 intervenu entre le gouvernement provisoire d’Algérie et la France.

Défilé entre la place de la Victoire et le Centre Charles de Gaule    ; coup de chapeau particulier aux porte drapeaux toujours fidèles au poste.

Le quartier de Canteleu face à la surdité de la majorité

Stade Guy Lefort

Le quartier de Canteleu face à la surdité de la majorité….
La majorité n’entend pas le mécontentement des habitants, refuse une concertation de la population pour la vente des terrains autour du stade Guy Lefort. Pour le Maire : « Guy Lefort, c’est parti et j’irai jusqu’au bout ». Le bien-être des jeunes, des familles et des seniors passent au second plan. Pour la majorité municipale, « le vrai sujet est le financement de nos investissements. » Oui, mais lesquels ?
Notre position est claire : il faut préserver dans chaque quartier un espace vert. L’intervention d’un jeune au cours de l’assemblée du quartier montre que l’espace autour du stade est indispensable afin d’assurer le lien social. Les jeunes et tous les habitants doivent pouvoir vivre avec un réel contact physique avec la nature et donc des lieux dégagés de construction. Le stade dans son intégralité environnementale en est un bon exemple.
La majorité est-elle suffisamment persuasive auprès de la MEL afin que des dossiers comme l’enrobage Avenue de Boufflers, la fréquence des bus dans cette même avenue soient pris au sérieux?
Pour nous, bien-vivre à Canteleu est une priorité.

Notre article à paraître dans le futur Lambersart Info

En cette période de Débat d’Orientation Budgétaire et de vote du budget (bien tardifs!), notre groupe confirme trois de ses priorités :
la jeunesse et l’emploi,
– la sécurité,
– le bien vivre pour tous : les seniors, les familles (par exemple avec la création d’un jardin d’enfants)les personnes handicapées ...
tout en économisant là où c’est possible pour baisser progressivement les impôts locaux.

Le salon du Livre de BONDUES

salon-livre-de-bondues

Au salon du livre de Bondues, Lambersart était plutôt bien représentée. Étaient présents sur un stand, Emmanuel SYS, l’auteur de plusieurs romans policiers, Michaël DEREN libraire de « Au temps lire » qui vient de traverser l’ avenue de Dunkerque pour passer de Lomme à Lambersart, et sans doute d’autres auteurs ou éditeurs.

Au rayon des « Essais » mon regard a été attiré par le livre d’ Eric Darques, « Au Nord il y avait des corrom..pus », en très bonne compagnie . Jugez en sur la photo .

Ses voisins s’appelaient « Le Bal des Dézingueurs ; Décomposition Française ; La Colère Noire mais aussi ça tiendra bien jusqu’en 2017  » ! Voyez, rien que de la poésie .
Y avait -t-il un message subliminal dans cette mise en rayon ?

Disons que le hasard fait parfois curieusement les choses…

RÊVE BRISE

YvonCousin  Souvenir Français

Publié le 12 mars 2016 par lambersart-yvon cousin

Ce samedi, au cours de l’assemblée générale du comité Lambersartois, le président Henri PECOU a remis au toujours souriant Marc Lefebvre la médaille du Souvenir Français, en particulier pour services rendus. Médaille amplement méritée car le récipiendaire venait encore de restaurer ce matin même la tombe d’un militaire.
La médaille n’étant pas encore gravée,  le Président demanda à Marc Lefebvre de la lui rendre en fin de réunion pour qu’il puisse la faire personnaliser.
Jean-Jacques BRIFFAUT, chargé des cimetières communaux a vite compris tout l’intérêt qu’il pourrait tirer d’un tel arrangement. Il proposa donc au nouveau médaillé de travailler pour lui dans les cimetières de la ville moyennant quoi il lui remettrait un chèque… que l’intéressé lui rendrait quelque temps plus tard ! Astucieux n’est-ce-pas ?
Il y avait pourtant un petit truc qui ne collait pas dans le montage : c’est que Marc Lefebvre travaille gratuitement pour « le Souvenir Français » ! et qu’il ne pourrait évidemment pas travailler gratos pour la ville…
Le rêve de Jean-Jacques BRIFFAUT était donc enterré…ce qui, après tout, est normal dans un cimetière

Les Questions posées par « Lambersart Le Cœur en Plus » lors du Conseil Municipal du 25 février 2016

IMG_5950

Question de Corinne FERRIER

Voilà maintenant un an et demi que les nouveaux rythmes scolaires ont été mis en œuvre. Pouvez-vous nous donner les bilans et les analyses pédagogiques, éducatives et comptables que vous en tirez ?
Nous n’avons pas eu connaissance de l’ensemble du PEDT, que vous avez signé avec l’éducation nationale.
Pouvez-vous nous en fournir un exemplaire ?

IMG_5935

Questions de Marie-Françoise DELESALLE

Au sujet du Bâtiment Voies Navigables de France (VNF)                          Ce bâtiment destiné à la démolition n’a-t-il pas été vandalisé ?
En effet, alors que l’accès semble bien cadenassé, certaines parties des bâtiments sont éventrées, vidées de leurs radiateurs. Des châssis de fenêtres ont été retirés, et certaines vitres restantes, cassées.A ce jour, l’entreprise chargée de la déconstruction est-elle nommée ? Enfin, qu’en est-il du respect des consignes relatives à la présence d’amiante ?

Au sujets des terrains sur l’ancien site de SION Bois rue de Lille
Là encore, il n’y a pas eu d’information des élus. Vous nous avez dit qu’un projet hôtelier avait été abandonné. Nous apprenons par le voisinage qu’une construction de 60 logements est maintenant projetée et qu’une percée reliant la rue de Lille et le lycée Jean Perrin serait réalisée. Est-ce exact ?
Quel est donc ce nouveau projet ?

 

 

Intervention de Sonia LOQUIN relative aux contrats de partenariat passés entre la ville et des associations

SoniaLoquinContrat de partenariat Association « Les amis du jouet ancien »

Nous constatons, comme chaque année, la signature d’un contrat de partenariat avec l’Association « Les Amis du jouet ancien ».
Pourrions-nous avoir une copie de ce contrat afin d’en connaître les modalités ?

Contrat de partenariat Association « Métalu à Chahuter »

Dans les cartouches 025 et 026, deux  contrats sont passés avec l’Association « Métalu à Chahuter ». Un contrat à titre gratuit relatif aux prêts d’œuvres et d’automates pour l’exposition de février et un autre contrat à titre onéreux pour la représentation du spectacle « Rien ne va plus ! Casino forain » de mars.
Ce dernier contrat pour une période de moins d’un mois coûte 24.669,40€.
Pourquoi ce grand écart ? N’est-ce pas trop onéreux ?

Intervention d’Yvon COUSIN sur l’approbation du Procès Verbal du Conseil Municipal du 21 décembre 2015

IMG_5938

Vous ne vous étonnerez pas que nous ne participions pas au vote sur l’approbation de P.V.
Nous n’assistions pas à cette séance parce que nous voulions montrer publiquement notre désapprobation sur votre façon de traiter l’opposition et, à travers nous, près de la moitié des Lambersartois qui se sont exprimés en 2014.
Toutefois je voudrais faire 3 remarques :
*Vous avez souligné l’absence de Frédéric DEHAEZE et la mienne. N’interprétez surtout pas ces absences comme une marque de désapprobation de l’attitude de nos collègues. Nous avons pris notre part dans leur action et nous sommes bien solidaires de ce qui a été dit et agi.
*La seconde remarque est de fond.
Vous avez parlé de notre mépris à votre égard. Il ne s’agit pas de mépris, M le Maire, mais d’une désapprobation et même d’une condamnation de votre comportement. Je ne veux pas ressasser nos griefs habituels (refus de nous laisser siéger au SIVOM ou au CTP, gommage sur les photos et les textes, portion congrue dans la tribune libre et maintenant non-réponse à nos demandes quand bien même elles entrent dans le cadre du règlement intérieur du conseil. Il s’agit bien de blâmer votre comportement ici en conseil.
Vous vous prétendez démocrate ? Alors pourquoi commencez-vous les conseils municipaux par d’interminables communications où vous même et maintenant vos adjoints exaltez vos politiques sans que nous puissions critiquer et même nous exprimer puisqu’il n’y a ni débat ni expression après une communication. Je précise bien M. le Maire, pour que mes propos ne soient pas déformés que ce ne sont pas les informations que vous donnez au conseil que nous contestons. Elles sont légitimes et même nécessaires ; mais le caractère politicien que vous introduisez dans vos propos allant même jusqu’à menacer de poursuivre en justice des citoyens qui désapprouvent votre choix de vendre un bel espace vert au stade Guy Lefort.
Autrefois vos communications n’avaient pas ce caractère de quasi-propagande qu’elles ont souvent maintenant. Permettez-moi de rappeler avec une pointe de malice qu’elles avaient pour raison d’être d’allonger le conseil municipal et de l’amener à une heure très tardive, en espérant que le journaliste, fatigué, quitterait la séance après quelques bâillements mais avant les questions gênantes de l’opposition. Aujourd’hui les journalistes, plus jeunes ou plus résistants peut-être, assistent jusqu’à la fin au conseil.
Alors maintenant vous usez de l’artifice des communications en début de conseil pour vous justifier voire vous glorifier tout en bâillonnant l’opposition. Est-ce cela votre démocratie ? Chacun jugera.
Enfin, 3ème remarque, vous avez déclaré en fin de conseil à propos des questions posées par l’opposition que (je vous cite p 42) « L’absence de l’opposition constitue un manque de respect vis à vis de celles et ceux ayant travaillé pour répondre à ces questions »
Je vous donne raison, M. le Maire, et au nom de mon groupe je présente nos excuses au personnel qui a travaillé sur les dossiers évoqués. Si vous le souhaitez-vous pouvez d’ailleurs répondre aujourd’hui à nos questions pour que leur travail ne soit pas perdu.
Cela dit, je me demande si vous êtes le mieux placé pour nous faire ce type de reproche. Faut-il vous rappeler, M le Maire qu’au cours du mandat précédent, alors que vous étiez le leader du groupe « Métropole Communes Unies » à la Communauté Urbaine, vous avez demandé à votre groupe de quitter une séance en guise de protestation contre la gouvernance de Mme AUBRY. Je n’ose pas dire que le 21 décembre dernier vous avez été l’arroseur arrosé. En tout cas vous nous avez montré l’exemple.
Faut-il aussi vous rappeler, M. le Maire, qu’avec d’autres députés vous n’avez pas « respecté » (je reprends votre expression) le travail du personnel de l’assemblée nationale en étant absent lors du débat sur la prolongation de l’état d’urgence et l’inscription dans la constitution des conditions de suppression de la nationalité française.
Et encore, faut-il vous rappeler la manière désinvolte et irrespectueuse dont vous avez traité vos électeurs lors des élections régionales ?
Mais c’est une autre affaire qui dépasse le cadre de cette enceinte. Vous voulez nous faire la leçon, M. le Maire.
Êtes-vous vraiment le mieux placé pour ce faire ?

Question de Bernard COFFYN au Conseil Municipal du 25 février 2016

IMG_5936

Monsieur le Maire,
Dans le cartouche 149 des articles L2122-22 et L2122-23 en date du 15 décembre 2015, il est fait mention d’une ligne de trésorerie d’un montant de 1.500.000€ contractée auprès du Crédit Agricole.
Nous supposons que l’ouverture de cette ligne de crédit est rendue nécessaire pour équilibrer le budget de la ville présenté en avril 2015 en attendant une rentrée d’argent tardive.
Mais pouvez-vous nous préciser de quelle rentrée d’argent d’un montant de 1.500.000€ s’agit-il ?