LAMBERSART CHAMPIONNE DE FRANCE DE LA TAXE D’HABITATION

Mais Trop c’est trop !

Trop c'est trop

Dans un article publié dans le Figaro du 26 avril 2016, intitulé :

« Taxe d’habitation, taxe foncière : où paye-t-on le Plus ? »

Géraldine RUSSELL s’appuyant sur les données fournies par le gouvernement désignait la ville de Lambersart comme championne de France des villes les plus taxées :

« C’est à Lambersart, dans le Nord, que l’imposition sur les habitations est la plus élevée de France. »

Eh oui, chers Lambersartois, nous sommes malheureusement désignés par le FIGARO comme étant les champions de France de la taxe d’habitation.

De plus, la journaliste précisait également que si Lambersart décrochait la palme avec un taux de 40%, Valenciennes ou Tourcoing n’étaient pas loin derrière. Enfin, sous la forme un tantinet humoristique, elle indiquait aux malheureux habitants concernés que leur seule consolation résidait dans l’espérance de décrocher une exonération ou un dégrèvement.

Mardi, les journalistes de la Voix du Nord, Julien LECUYER et Kevin MOREAU, faisaient écho (version numérique) de cet article du Figaro dans un article intitulé : « Taxe d’Habitation à Lambersart : un taux record en France à nuancer« .

Dans leur article le lendemain, les deux journalistes y rapportaient les réponses de Christophe CAUDRON, ancien adjoint aux finances qui nuançait le taux élevé de 40% par des abattements sur la valeur locative.

Ils rappelaient également que le maire qui envisageait une baisse des impôts dans son programme de campagne l’avait refusée à 3 reprises tout en profitant, comme à son habitude, de qualifier les propositions de baisse de son opposition de démagogiques.

Effectivement, le programme électoral de la liste « Lambersart le Cœur en Plus » pour les municipales dans l’ignorance totale de la baisse des dotations de l’État aux communes (DGF), proposait une baisse significative (10%) des taux d’imposition estimant que les Lambersartois étaient manifestement trop taxés et que de nombreuses pistes d’économie existaient.

Fidèles à leurs engagements, lors du dernier Conseil Municipal du 30 mars dernier, à l’occasion du vote du budget primitif pour l’année 2016, Olivier FAUCHILLE, au nom des élus de « Lambersart le Cœur en Plus », avait donc proposé au maire, pour une énième fois, une baisse des taux d’imposition de la taxe d’habitation d’1% par exemple :

– en passant l’édition du journal municipal d’un rythme hebdomadaire à un rythme mensuel

– en diminuant le train de vie du Maire : frais de bouche, voiture de fonction, chauffeur, photographe, … etc. …

– en creusant d’autres pistes d’économies comme le forum annuel de l’orientation en le rendant biannuel ou mieux encore en l’organisant au niveau de l’intercommunalité ?

-Il posait aussi cette question : « N’y a-t-il pas un travail à faire sur les flottes de véhicule ? »

En réponse et pour justifier la modification de son programme électoral, le Maire prétextait que personne ne connaissait l’ampleur de la diminution des dotations de l’État. Il justifiait donc  l’infléchissement de son programme ainsi :

« J’ai donné le cap : on ne touche pas aux impôts et on augmente faiblement la dette après 2017 ! »

Et il ajoutait :  » La situation du pays est tellement dramatique, plus dramatique que tout ce que l’on vous dit à la télévision que je suis inquiet. On verra bien ce qu’il se passe après 2017″.

Une question se pose alors : s’il sait, pourquoi ne nous dit-il pas ce qu’il sait ? On pourrait alors comprendre !

D’ailleurs, son 1er adjoint est-il autant convaincu que lui ?

Puisque lui annonce une possible baisse des taux après 2017 mais  toujours en cédant des actifs et en vendant le patrimoine de la ville.

Ou, s’agit-il d’une nouvelle réponse de l’exécutif municipal pour faire face aux pressions médiatiques ?

Le maire et son 1er adjoint ont-ils la même vision des états financiers du pays et de la commune ?

Manifestement, on peut s’interroger sur la vision au long terme  et sur la gestion dynamique du patrimoine Lambersartois de la majorité municipale.

En ce qui concerne « Lambersart le Cœur en Plus », même dans ce contexte difficile, la volonté de réduire les taux d’imposition locaux restent d’actualité.

Bernard COFFYN

A votre service, à votre écoute

IMG_5935
  • Chère Madame cher Monsieur,
    Voilà deux ans que nous vous représentons au Conseil Municipal.
    Nous avons rencontré beaucoup d’entre vous dans la vie municipale et, chaque fois que nous le pouvions, nous avons aidé ceux qui faisaient appel à nous.
    Vous savez que dans le respect de toutes les opinions notre objectif est de tenter de satisfaire le plus grand nombre possible de Lambersartois.
    Maintenant, nous voulons aller à votre rencontre sur le pas de votre porte, dans votre rue. A partir du 30 avril, pendant plusieurs mois, un samedi dans la matinée, nous sonnerons chez vous et nous vous proposerons de répondre à 3 questions.
  • Un courrier vous préviendra de notre passage. Merci déjà de votre accueil.
    Vous pouvez nous joindre à notre permanence : chaque jeudi de 17h30 à 19H (sauf vacances scolaires, à la mairie entrée par la rue de la Carnoy, à l’arrière du restaurant scolaire) ou sur rendez-vous.
    Vous pouvez aussi nous lire sur notre site et sur Facebook : « Lambersart, le Cœur en Plus « .
    Pour vous servir : Marie Françoise Delesalle, Corinne Ferrier, Sonia Loquin, Bernard Coffyn, Yvon Cousin, Frédéric Dehaeze, Olivier Fauchille

En arrière toute !

 IMG_5938
« On va faire des économies mais pas au détriment de la qualité des services rendus ! dit le maire . FAUX .
Premièrement : on sert maintenant des plats réchauffés dans les résidences pour seniors.
Deuxièmement, sans l’intervention des élus de  « Lambersart le Cœur en Plus ! », le goûter des enfants des centres aérés était supprimé !

Venez nous rencontrer le jeudi de 17H30 à 19H »

LE GOÛTER POUR TOUS

IMG_5938

Publié le 17 avril 2016 par le blog « lambersart-yvon cousin » 

On ne va pas réveillonner là-dessus mais l’affaire du goûter des enfants fréquentant les centres de loisirs, supprimé puis rétabli , est caractéristique d’une manière de gérer la ville.

Si j’en crois la Voix du Nord de ce dimanche et les explications filandreuses du directeur des services de la mairie (pourquoi le maire ou son adjointe-épouse à la communication ne répond il pas lui-même ?), le goûter avait été supprimé pour deux raisons.

Il y avait du gâchis et de toute façon, depuis le nouveau prestataire de la cantine, les enfants n’avaient plus faim à 16 heures ! Risible

Puisque Lambersart est bien gérée, nos enfants seront privés de gouter!

Lors du dernier Conseil Municipal, le
Maire et son équipe se targuaient d’avoir une
« gestion toujours plus rigoureuse de la ville, en
diminuant le coût de fonctionnement, tout en ne touchant
pas à la qualité de service rendu aux habitants »,
et donc sans augmenter les impôts.

Les économies sont d’ailleurs si
extraordinaires au final, année après année, que, si
vraiment on ne touchait pas à la qualité des services, on
serait bien en droit de se demander quelle devait être la
gabegie et l’absence de contrôle des dépenses qui
existaient avant!!

Hélas c’est totalement faux…

Alors que les adjoints reprenaient en
choeur ce crédo d’autosatisfaction, la réalité du
terrain était tout autre…

Nous ne reviendrons pas ici sur la
politique de revente des terrains de la ville à des
promoteurs dont nous reparlerons plus tard, mais bien d’un
sujet qui touche directement nos plus jeunes.

Le matin même du Conseil Municipal
commençait à être distribué cette feuille… Sous son
air pédagogique ce document avait en réalité un terrible
sens : les enfants n’auront plus de gouter fournis par la
structure d’accueil!

FullSizeRender

Oui, vous avez bien lu, sans en avoir
l’air, la majorité a tenté d’augmenter de près de 20%
le coût des centres aérés aux familles les plus modestes
de notre ville,en supprimant les budgets alimentaires,
c’est à dire les gouters de nos enfants.

Bien entendu, les gens avaient le
choix! Ils pouvaient ne pas subir la hausse indirecte de la
prestation… Il suffisait pour cela de laisser leur enfant
se rendre au centre…sans gouter.

A l’heure dite, il reviendrait sans
doute au personnel de la ville d’aller occuper ceux qui
n’avaient pas la chance d’avoir des parents en mesure de
supporter cette charge financière supplémentaire, pendant
que les plus privilégiés dégustaient un gouter bien
mérité.

Outre l’aspect « santé
public », n’est ce pas une honte de créer ainsi une
telle inégalité entre les enfants?

Déjà que nos animateurs font des
miracles pour proposer à nos bouts de choux des centres
sympas avec des budgets faméliques, mais en plus voilà
qu’on les laisse en première ligne sur cette décision
désastreuse pour les familles dont voici le détail des
calculs du surcoût occasionné :

Prix d un goûter (basique) qui
suit les recommandations de leur document

– Eau 6x50cl = 1,19 € soit
0,20cts/1
– Jus pomme 6x50cl = 2,09€ soit
0,35cts/1
– Compotes 20x90gr= 6,70€ soit
0,34cts/1
– Gâteau 4 paquets de 4 gâteaux
=1,19€ soit 0,30cts/1

Résultats prix d un goûter 1,20€
par jour

Famille 3 enfants inscrits QF 727 au
centre Perrault Bettignies

CENTRE 14×3 =42 €
CANTINE
16,35×3=49€05
GOÛTER
(1€20×3)×5=18€

Soit 109€05 pour les 3
Soit 36€35 par enfant pour 1 semaine
au lieu de 30€35 avec goûter fournit par la
mairie
Augmentation d’environ 20 %

Famille 1 enfant inscrit QF 868
Perrault Bettignies

CENTRE 17 €
CANTINE 16€35
GOÛTER 1,20×5 = 6€

Soit 39€35 pour une semaine au
lieu de 33€35 avec goûter fournit par la mairie
Augmentation d environ 20%

Nous avons de suite été alertés par
les habitants et avons relevé ce point lors du conseil
municipal qui concernait le budget.

Embarrassé, le Maire a refusé de
débattre en stoppant le débat après nous avoir laissé
donné un premier avis, et surtout en
« oubliant » de nous répondre sur ce point
précis…

Heureusement, la Voix du Nord
n’a pas loupé l’information et s’en est fait
l’écho dans l’article relatant les débats…

A priori, après une semaine de ce
fonctionnement scandaleux, il se dit que la majorité ferait
déjà machine arrière!! Et ré-instaurerait les
gouters dès la semaine prochaine…

Une victoire pour nos enfants… Mais
à quel prix?

Il semblerait que les mini-camps, seul
opportunité de départ en vacances pour beaucoup de jeunes
soient déjà dans le viseur…

Nous ne laisserons pas
passer…

Communiqué de Presse

YvonCousin

Au conseil municipal, dans les conseils de quartiers et à longueur du magazine hebdomadaire, le maire de Lambersart se glorifie de bien gérer la ville et, affirme que s’il y a des économies à faire, elles ne peuvent se réaliser au détriment de la qualité des services rendus à la population.
Voilà une nouvelle promesse démentie par les faits.
Dès le premier jour des vacances de printemps, sur un tract distribué aux parents dont les enfants fréquentent les centres de loisirs, la municipalité annonce que désormais, pour le petit goûter de l’après midi, les parents sont invités à fournir à leur enfant biscuits , boissons ou fruits.
Là où il y avait égalité devant le goûter « équilibré » servi à tous, il y aura maintenant disparité entre les enfants . Quand certains communes luttent pour que les enfants prennent conscience des règles de bonne santé,et combattent l’obésité et le surpoids, Lambersart se désintéresse de cette prévention pourtant d’intérêt public.

 

Sonia LOQUIN « Les statistiques de la délinquance par quartier »

SoniaLoquin

Monsieur le Maire

Après une longue période de silence incompréhensible, Monsieur le Préfet a décidé de donner les statistiques de la délinquance par ville et mensuellement.

C’est mieux que rien mais c’est quand même une régression par rapport aux statistiques par quartier, très utiles que nous connaissions auparavant.

Il serait intéressant qu’à chaque conseil municipal un point sur l’état de la délinquance soit fait. Comme on le fait pour les effectifs un tableau recensant cet état devrait pouvoir nous être présenté. C’est l’objet de notre demande.

Merci.

Corinne FERRIER « L’agenda sélectif de Mme ASTRUC-DAUBRESSE »

CorinneFerrier

Monsieur le Maire,

Ma question s’adresse plus particulièrement à Madame ASTRUC-DAUBRESSE.

Samedi 19 mars au matin, nous avons reçu à presque 10 H un courriel nous informant que la ville recevrait à 16H des délégations anglaise et allemande. Convenez qu’il est difficile de s’organiser en si peu de temps. Pour le groupe majoritaire, ce courriel était un rappel.

Nous regrettons cette façon désinvolte de nous inviter, comme nous regrettons aussi d’être tenus dans l’ignorance de certaines manifestations municipales.

Pourquoi cet ostracisme ?

Ne sommes-nous pas comme vous les élus des Lambersartois ?

Il existe ce que vous appelez : « l’agenda-partagé ».

Y a-t-il un inconvénient à ce que nous en soyons destinataires ?

Merci

Marie-Françoise DELESALLE « Le Maire et l’entretien du Patrimoine »

MarieFrancoiseDelesalle

Monsieur le Maire,

Le budget 2016 et vos annonces dans Lambersart-Info font état de nombreuses ventes de terrain et de constructions nouvelles. Vous connaissez notre position face à ces projets. Néanmoins, un sujet d’inquiétude s’ajoute à cela. Vos décisions dans le domaine de l’urbanisme et de l’habitat semblent se faire au détriment de l’entretien du patrimoine :

Pour exemple :

Les plaques de rue et les panneaux d’entrée de ville ne sont pas entretenus.

Deux des façades du Centre Charles de Gaulle restent en l’état. Quand seront-elles restaurées ?

Sur le clocher de l’église Saint-Calixte, il y a même un arbuste qui pousse dans une gargouille. Pour le faire enlever, sans doute attendez-vous sa chute sur un passant ?

Pourriez-vous nous dire quel est le devenir des serres Cazier, vous semblez les avoir oubliées ?

Merci de vos réponses.

Yvon COUSIN se désole

YvonCousin

Monsieur le Maire,

Je souhaite attirer votre attention sur la situation risible, voire ubuesque de nos relations avec la ville de Lomme. J’ai eu l’occasion il y a quelques années de rencontrer nos collègues lommois pour arrêter avec eux les règles de stationnement sur la zone bleue gratuite avenue de Dunkerque et de coordonner les actions de surveillance et de sécurité sur cette avenue, en particulier au moment des fêtes de fin d’année. J’ai trouvé des interlocuteurs attentifs et ouverts dans ces deux domaines.

Aujourd’hui je me désole de constater que nous n’avons pas progressé dans la gestion ou l’animation de notre avenue commune. Il faut aller plus loin que la braderie annuelle. Je vous propose de tenter une première expérience, celle de coordonner nos moyens pour les éclairages de fin d’année, par exemple. Tout le monde nous dit que cette période de l’année, pour ce qui est des décorations, n’est pas à notre avantage. Il y a certainement là un terrain d’entente possible qui devrait s’accompagner de quelques économies. Nous sommes en avril, il n’est peut-être pas trop tôt pour penser à Noël.

Merci