AU CONSEIL DU 15/12/2016 YVON COUSIN A DIT

Monsieur le Maire,

C’était il y a presque un an, à la cérémonie des vœux.

Cette manifestation est pour vous l’occasion d’annoncer – parfois sans en avoir averti les élus – vos nouvelles orientations ou vos nouveaux projets.

En janvier 2016 donc, vous avez consacré une partie de votre allocution aux moyens de lutter contre le chômage.

Et vous avez proposé au président de la Région que vous aviez invité, de développer voire d’expérimenter sur notre secteur des moyens nouveaux ou originaux permettant d’y développer l’apprentissage. C’est en effet une voie assurée d’entrer dans l’emploi.

La Région a, pour sa part, décidé de quelques mesures intéressantes comme par exemple l’augmentation de la prime aux employeurs ou la volonté d’adapter les formations aux réalités des bassins d’emplois ou encore la prise en charge des frais de scolarité au CFA en cas de rupture de contrat, le temps que l’apprenti retrouve une entreprise.

Vous êtes, avez-vous dit, conseiller auprès du président de Région.

Que lui avez-vous conseillé pour notre secteur ?

Quelles actions en faveur de l’apprentissage avez-vous entreprises ici ?

Le nombre de signatures de contrats d’apprentissage a-t-il augmenté ?

Quels résultats avez-vous obtenus ?

AU CONSEIL DU 15/12/2016 FRÉDÉRIC DEHAEZE A DIT

Monsieur le Maire,

Vous avez, depuis le début du mandat, modifié le règlement intérieur, prenant bien soin de limiter au strict minimum la possibilité d’expression de votre opposition.

C’est votre droit, et vous n’hésitez pas à vous réfugier derrière celui-ci pour justifier vos actes de grand démocrate, et nous n’avons d’autres choix que de les subir.

Néanmoins, ce règlement intérieur s’applique à tous, et nous aimerions savoir de quel droit vous vous permettez de nous l’imposer si vous ne le respectez pas vous-même ?

En effet, selon l’article 17 du Règlement Intérieur, les commissions municipales doivent se réunir au plus tard sept jours, sauf circonstances exceptionnelles, avant la tenue du Conseil Municipal.

Or, la commission Pôle Ville Gestionnaire s’est tenue ce lundi, soit 3 jours avant. Ce n’est absolument pas normal.

De la même façon, selon l’article 18 : »La convocation, accompagnée de l’ordre du jour ainsi que de l’ensemble des documents de travail correspondants, est adressée au domicile de chaque conseiller, membre de la commission, sauf s’ils font le choix d’une autre adresse, trois jours francs au moins avant la date de réunion de la commission. En cas d’urgence, le délai précité pourra être exceptionnellement réduit à 2 jours par le maire ou le vice-président de la commission concernée ». Or, nous n’avons pas reçu la convocation à cette commission dans les temps prévus par le règlement intérieur du Conseil Municipal.

Aussi Monsieur le Maire, puisque nous ne pouvons imaginer que ces actes répétés ne soient faits délibérément dans le but de faire entrave à notre travail, mais uniquement le fruit d’une mauvaise gestion interne, nous vous demandons de bien vouloir nous informer des décisions qui vont être prises afin que cela ne se reproduise plus.

Merci.

AU CONSEIL DU 15/12/2016 MARIE-FRANÇOISE DELESALLE A DIT

Monsieur le Maire,

Lambersart se veut une ville connectée et numérique. Pour exemple la dernière proposition faite lors du troisième forum des quartiers avec la mise en place du site « Mon P’ti Voisinage ». Cela ne peut être que louable puisque ce réseau social renforcera, pour ses utilisateurs, la convivialité et la solidarité.

Cependant, n’oublions pas que pour les jeunes qui préparent le brevet, le bac, des concours ou des examens, internet est plus que jamais indispensable. Comme il leur faut aussi travailler dans le calme, l’idéal est une bibliothèque.

Cet espace de silence facilite la synthèse des informations et l’apprentissage du savoir. Collégiens, lycéens, étudiants souhaiteraient pouvoir utiliser les bibliothèques de la ville avec wifi. Or, à ce jour cela n’est pas possible.

Quelle est donc la cause de cette défaillance et comment se fait-il que les services de la ville ne puissent y remédier ?

Nous ajouterons que, pour tous les usagers associatifs des salles municipales, les mêmes questions se posent.

Avant de conclure, nous sommes étonnés qu’à ce jour la ville n’a pas encore finalisé, auprès des associations, des entreprises et des citoyens la mise à disposition d’une base de données publiques comprenant les informations pratiques, économiques et financières de la ville (L’open data). Cela faisait partie de l’un de nos engagements de campagne et nous remarquons aussi que la ville de Roubaix l’a déjà fait.

Je vous remercie.

Que fait la ville pour les handicapés ?

Bernard COFFYN a interrogé Monsieur le Maire et sa majorité lors du Conseil municipal du jeudi 15 décembre 2016 sur les travaux de mise en accessibilité des salles municipales pour les handicapés.

Monsieur le Maire,

Nous avions voté contre le budget primitif 2016, c’est pourquoi, nous nous abstiendrons pour cette délibération (Délibération n° 9 mise à jour des AP-CP). Cette délibération de mise à jour ne donne aucun renseignement quant à l’évolution de ces Autorisations de Programme et Crédits de Paiement (AP-CP) au titre de l’année 2016.

A ce sujet, nous souhaiterions savoir, si les crédits de paiement d’un montant de 300.000€ mobilisés pour la mise en accessibilité des salles municipales ont bien été, cette fois-ci, utilisés au cours de cette année 2016 ?

Madame Krieger en charge des finances de la ville, gênée par la question, a tenté vainement de ne pas y répondre puis elle a fini par reconnaître que rien n’avait été réalisé en 2016 pour la mise en accessibilité des salles pour les handicapés.

Pour la petite histoire, la loi du 11 février 2005 prévoyait la mise en accessibilité pour les handicapés de tous les locaux recevant du public (Mairie, salles municipales…) mais 10 ans plus tard peu d’établissements ont appliqué cette loi.

Le 1er avril 2015 lors du vote du budget primitif, le maire avait planifié une dépense de 250.000€ et donc mobilisé un crédit de paiement identique pour cette même mise en accessibilité des salles au titre de l’année 2015. De plus, il prévoyait un nouveau crédit de paiement de 500.000€/an au titre des années 2016, 2017 et 2018.

Or, 3 mois plus tard en juillet 2015, le maire fait établir un nouveau calendrier de mise en accessibilité des salles municipales en réponse à l’ordonnance du 26 septembre 2014 n°2014-1090 qui prévoit un nouveau délai de 3 à 9 ans pour cette mise en accessibilité à travers un agenda de planification des travaux à adresser pour approbation à la Préfecture. Dans ce nouvel agenda, il ne prévoit plus 250.000€ de travaux en 2015 mais 0€ et pour 2016 non plus 493.026€ mais 300.000€. On peut s’interroger sur le « Pourquoi » en avril 2015 cet excellent gestionnaire n’avait-il pas anticipé cette ordonnance ?

Le 15 décembre 2016, lors du Conseil Municipal, nous avons appris- parce que nous avons posé la question– qu’une fois de plus, aucun des travaux prévus n’avaient été réalisés au cours de l’année 2016.

Force est de constater que la ville n’a rien fait pour faciliter la vie des handicapés Lambersartois depuis 2 ans en repoussant aux calendes grecques cette mise aux normes d’un intérêt général et que la loi rend obligatoire…alors que, dans le même temps, elle finance des travaux au Colysée à hauteur de 270.000€ ne présentant aucun caractère d’urgence et dont l’intérêt général semble beaucoup plus limité.

Les handicapés attendront encore ….

Peut-être que le maire laissera le soin à son successeur de réaliser l’ensemble de ces travaux qui néanmoins devront être terminés au plus tard en 2024 pour un montant global estimé par ses soins à 5.044.288€ ???

AU CONSEIL DU 15/12/2016 SONIA LOQUIN A DIT…

Monsieur le Maire,

Me permettez -vous de vous rappeler ce que vous déclariez à la presse en février 2014 ?

Vous disiez que « les membres du Centre social vous avaient présenté un projet cohérent et vous ajoutiez – je cite – qu’ils allaient « récupérer les locaux alloués comme prévu, notamment l’aile gauche qui leur sera entièrement dévolue, ainsi que trois salles polyvalentes »

Vous répétiez alors la promesse que vous aviez déjà faite avant la démolition de l’ancien centre social, à savoir que tout un étage du futur pôle animation serait réservé aux activités sociales avec même une salle pour les jeunes du quartier ayant une entrée indépendante.

Qu’en est-il aujourd’hui pour l’étage ?

Non seulement vous avez installé des locaux administratifs où les employés sont gênés par le voisinage souvent bruyant des utilisateurs du Centre Social, mais vous avez- nous dit-on – le projet de supprimer la salle dédiée aux jeunes et de la délocaliser rue du Bourg, au rez-de-chaussée d’un immeuble collectif.

Ce serait une erreur Monsieur le Maire.

Sans même tenir compte de votre promesse qui ne serait pas tenue, n’est-il pas aberrant d’installer un local pour les jeunes sous des appartements ? Déjà des locataires se plaignent du trouble à leur tranquillité qui en résultera. La logique voudrait que ce soit les services administratifs qui soient délocalisés et que les jeunes puissent bénéficier du local qu’il était prévu de leur attribuer.

Nous souhaitons que la solution de bon sens prévale dans l’intérêt des adhérents du Centre Social, du personnel municipal et des jeunes.

Pouvez-vous nous rassurer sur ce sujet ?

AU CONSEIL DU 15/12/2016 YVON COUSIN A DIT…

Monsieur le Maire,

Habituellement quand il s’agit du SIVOM dont vous nous avez interdit l’entrée, nous ne participons pas aux votes.
Mais la loi vous oblige à nous informer et à subir nos observations sur la manière dont vous dépensez les 400.000€ annuels que vous ponctionnez aux Lambersartois pour faire vivre cet organisme.

Rassurez vous je commencerai par vous décerner un bon point . Le rapport 2016 n’a plus l’allure squelettique de celui qui nous avait été présenté l’an dernier . Malheureusement, volontairement ou non, il est muet sur certains points, peu loquace sur d’autres et regorge de détails sur d’autres encore

. Bravo pour ce que vous nous dites sur le service civique : 12 pages alors que l’insertion et l’emploi qui constituent pourtant l’ ossature’ du Sivom n’ont droit qu’à 4 pages , encore moins que le travail des 3 archivistes !

Mais quel plaisir de lire certaines pages ! Celle par exemple qui nous relate avec lyrisme la seizième édition de « Deûle en fête » . Accordons nous une minute de poésie pour relire quelques lignes de ce que le rapport qualifie  « d’événement incontournable du premier week -end de juin dans la région ». Le Main Square festival d’Arras n’a qu’à bien se tenir .

Écoutez, s’il vous plaît, je lis « C’est par une scène de la vie quotidienne que les festivités ont commencé à Marquette les Lille…mais très rapidement une voûte majestueuse s’est illuminée , les costumes se sont éclairés…et la compagnie Les Lutins Réfractaires nous a transportés dans le monde du rêve grâce au spectacle Oniria ». C’est parfait. Rien à ajouter sauf qu’on aimerait savoir le coût de cet enchantement . J’ai cherché dans le tableau du compte administratif aussi éclairant qu’une vitre diaphane. Rien , les Lutins sont réfractaires aux mesquineries comptables. Peut être que Mme Astruc-Daubresse nous communiquera le coût de ces festivités ?

Comment voulez vous que l’on juge de votre bonne gestion, M. le Maire, quand on a un compte administratif aussi indigent ? J’ai donc cherché ailleurs. Vous citez le CLIC, centre local d’information et de coordination qui met, je cite « de multiples services et aides à disposition des familles et permet de faire émerger des projets collectifs et novateurs ». Lesquels ? Combien de personnes ont été aidées ?

En fouinant j’ai lu aussi que, l’Ehpad déficitaire Georges Delfosse mis à part, il y a 14 agents qui émargent au budget du SIVOM pour 10 vice-présidents en plus de vous même tous étant bien sûr indemnisés. 11 administrateurs face à 14 agents. Quelle entreprise résisterait à cette pléthore de responsables  ? Y a t il seulement une fonction pour tous ? Il est vrai qu’ici c’est l’argent public qui rémunère.

Vous remarquerez, M. le Maire, que je ne commente pas le rapport pour ce qui concerne l’aide à l’emploi et à l’insertion  même si je m’étonne de la création d’un atelier SANTÉ pour 6 jeunes encadrés par 4 adultes. C’est une tâche difficile.

La grande question reste quand même celle de l’utilité de ce SIVOM. Faut il dépenser 2M € pour se donner l’illusion de la proximité et de l’efficacité quand d’autres structures (État, Région, Département,  Mel) peuvent, chacune dans son domaine, rendre des services équivalents ? La question est politique et n’est pas aussi saugrenue qu’elle paraît puisque vous même, M. le maire, à l’époque de votre grand désamour avec le maire de St-André alors président du SIVOM, vous militiez presque pour un retrait de Lambersart de cette structure intercommunale.

Aujourd’hui, vous ne souhaitez plus qu’on pose la question… Vous ne souhaitez pas qu’on en débatte. C’est la raison pour laquelle vous nous laissez à la porte : sur 26 élus de Lambersart pouvant siéger au SIVOM, aucun ne représente la seule voix qui oserait vous contredire.

C’est affligeant mais c’est votre manière d’être démocrate.

Je vous remercie

SI VOUS VOULEZ…

Si vous voulez

Si vous voulez savoir pourquoi on ne taille pas la cime d’un arbre,

partageons-nos-ideesSi vous voulez savoir lire une table d’orientation,

Si vous voulez savoir comment une ville obtient la 4 ème fleur,

Participez au forum des quartiers.

Mais 

Si vous voulez proposer des idées comme celle de la mise en place de boites à livres dans la ville ou d’un festival de tango argentin,

Si vous voulez une vigilance accrue,

Si vous voulez un meilleur suivi par la mairie des travaux concernant les réhabilitations des façades,

Alors

Patientez ou bien retroussez-vous les manches pour vous mettre personnellement au travail car des adjoints haut placés dans la hiérarchie des adjoints semblent débordés par les tâches à effectuer !!!

Plaisanterie à part,

MERCI aux personnels municipaux qui ont assuré la logistique lors de ce forum,

MERCI aux délégués de quartier qui ont répondu présent et qui ont donné de leur temps pour le bien des lambersartois… Et si certains d’entre eux ont été déçus par le manque d’écoute de la majorité municipale, l’opposition s’associe à leur déception.