Bilan à mi-mandat : Les Bourdes du Maire

La Bourde de la 4ème fleur

Le Maire s’est vanté tout au long de l’année 2017 pour l’obtention par la ville de la 4ème fleur.

fleur-pissenlitLa 4ème Fleur de Lambersart pourrait être symbolisée par celle-ci

Le maire fait une bourde de plus en se vantant exagérément pour cette 4ème fleur. En effet,  beaucoup de Lambersartois se rendent bien compte que la propreté de la ville et l’entretien des espaces verts  laissent de plus en plus à désirer. D’ailleurs, ils ne se gênent pas pour nous le dire.

Un bruit semble courir dans les milieux intéressés qui dit que : « les jardiniers n’auraient plus assez de matériels et leur effectif laisserait à de plus en plus à désirer ?

Les chiffres de 12 jardiniers pour 8 chefs dans le service, nous ont même été annoncés.

Cela ne nous étonne guère car depuis le début de l’année, à plusieurs reprises nous avions évoqué cet état de fait.

Ce matin nous avons pu le constater une nouvelle fois  et là, ça rigole plus du tout !

Récemment le Maire a bradé les Serres Casier, il avait probablement en tête  l’idée géniale de profiter dorénavant des caniveaux de la ville pour y faire des boutures !

P1090959

 

Effectivement, la 4ème fleur se développe à Lambersart à la vitesse Grand V !

Trêve de bêtises, il s’avère difficile aujourd’hui de qualifier notre ville de :

« Lambersart la Jolie »

Décidément, c’est une mauvaise passe pour notre Maire, il est grand temps de partir en vacances. Pourtant il  nous semble bien moins sensible aux critiques.

Il est vrai qu’il envisage de rompre avec son engagement de campagne et quitter ses responsabilités de Maire dès le 24 septembre prochain pour voguer vers d’autres cieux en tentant sa chance pour pantoufler au Sénat.

Il faut penser à ceux qui restent Monsieur le Maire !

Bilan à mi-mandat : Les Bourdes du Maire

La bourde du « Lambersart Infos »

Souvenez-vous en octobre 2016, dans la tribune du Lambersart Infos n°2,  le Groupe « Lambersart le Cœur en Plus » avait évalué le coût annuel du journal municipal de propagande du Maire « Le Lambersart Infos » à environ 200.000€. En réponse, le maire avait annoncé ses chiffres : impression 47.500€, distribution 67.710€ soit un total de 115.210€. Il en avait profité pour les qualifier de piètres gestionnaires en ces termes :

« Heureusement que d’aussi piètres gestionnaires n’ont pas gagné les municipales ! »

Mais pourquoi donc dans son évaluation, le Député Maire avait-il omis de parler du volet conception qui est de loin le plus onéreux, vérité que les journalistes de la Voix du Nord de démentiront pas ?

Fallait-il être un ancien Ministre, un Député-Maire depuis plus de 20 ans pour encore ignorer qu’il fallait écrire les articles avant de les imprimer, de les publier et de les distribuer ?

5 employés municipaux travaillent au sein de la cellule communication et plus de 60% de leur temps sont consacrés à la réalisation des articles pour les « Lambersart Infos » à un salaire moyen de 35.000€/an par employé cela nous fait 105.000€ (60% de 175.000€) que le Maire a tenté maladroitement de mettre dans l’étouffoir. En fait, l’opposition avait été sympa en annonçant 200.000€ car tout compte fait on est plus près de 220.000€.

Quand on pense qu’en tant que Ministre Marc-Philippe DAUBRESSE avait en charge un maroquin, ça fait un peu léger n’est pas ?

Comme piètre gestionnaire ne se pose-t-il pas là ?

Bilan à mi-mandat : Les Bourdes du Maire

 La délibération cauchemar 1er épisode

« Un avenant présenté et signé 2 fois à des dates différentes »

Lors du dernier Conseil municipal du 30 juin 2017, le Maire a soumis aux Conseillers Municipaux, une délibération dans laquelle figurait 2 fois le même avenant lot n° 1 relatif aux travaux d’extension du Colysée dans la cartouche n°036 signé le 23 mars 2017 et dans le cartouche n°082 signé quant à lui le 31 mai 2017.

A la question :

« Pourquoi donc la ville a-t-elle signé par 2 fois exactement le même avenant à des dates différentes ? »

Le Directeur Général des Services, Olivier KAKOL, est une nouvelle fois contraint de reconnaître que, malheureusement, il s’agit bien encore d’une bourde.

2017-06-30 Délib L2122-23

La délibération cauchemar 2ème épisode

« Un avant signé  aussitôt abrogé »

Une autre bourde figurait également dans cette même délibération au cartouche n° 046 relatif à la tarification des redevances à l’occupation du domaine public, signée le 06/04/2017.

 Il était notifié la chose suivante : « Abrogation de la décision 20170046. A compter du 07/04/2017, application de nouvelles redevances relatives ……

En fait pour faire simple, le cartouche n° 046, signé le 06/04/2017 était immédiatement abrogé. Encore une très petite bourde, il faut bien le reconnaître mais une bourde quand même.

Un Conseiller d’opposition avait la remarque suivante :

« j’éprouve quelques difficultés à comprendre la première phrase de ce cartouche n°046 du 06/04/2017 qui abroge la décision 20170046 ? Il nous semble que cette nouvelle décision abroge une décision antérieure à celle-ci.

Il aura fallu d’ailleurs pas mal de temps au Directeur Général des Services pour qu’il comprenne où se situait l’erreur.

La succession de bourdes avait dû le déstabiliser le pauvre ! Et malheureusement pour lui cela n’était pas encore fini !

« L’ avenant n° 8 ou l’avenant du Gazon Maudit »

2017-06-30 La Délib du Gazon Maudit

Dans ce cartouche 077, il fait mention d’un avenant n° 8  pour le lot n°1 du marché public  contracté le 27 juin 2014 pour une durée de 4 ans auprès de la société France Environnement pour l’entretien des espaces verts de la ville.

Cet avenant visait à retirer une prestation forfaitaire pour la tonte d’un espace vert rue du 11 novembre à Lambersart pour un montant de 1.242€ qui a pris effet le 23 mai 2017 date de sa signature.

A la question d’un élu de l’opposition :

Pouvez-vous nous indiquer quel était l’espace à tondre rue du 11 novembre ?

P1090945

Le Maire n’a pas su répondre et l’adjoint en charge de l’environnement a passé une bonne partie du reste du Conseil Municipal sur « Google Earth » pour rechercher ce fameux  gazon à tondre malheureusement sans le trouver. Il a finit par le maudire.

P1090943

Mais L’opposition attend toujours la réponse du Maire :

« La ville aurait-elle payé 1.242€ par an à la Société France Environnement depuis 2014 de forfait pour une tonte d’espace vert fantôme  ? »

En conclusion

le bilan des bourdes à mi-mandat du maire s’est pas mal étoffé !

 

 

Bilan à mi-mandat : Les Bourdes du Maire

La bourde dans le tableau des AP/CP 2017

Lors du Conseil Municipal du 6 avril 2017, le Maire soumettait aux votes des Conseillers Municipaux une délibération annexe du Budget Primitif de la ville pour 2017. Mais patatras, ce jour là l’excellent gestionnaire s’est malheureusement emmêlé les crayons en présentant au Conseil Municipal un tableau d’autorisations de programmes et de crédits de paiements au titre de l’année 2017

« Faux« !

Une petite erreur de calcul, il manquait tout simplement 1.300.000€ dans le total des emprunts.

Une bagatelle n’est-ce pas !

Devant le refus de son opposition, le Maire a suspendu le vote et a fait vérifier sur le champ le tableau en question par son Directeur Général des Services, malheureusement pour lui, il a été contraint de reconnaître cette erreur. L’opposition a néanmoins accepter de voter la délibération corrigée mais, à sa grande surprise, le Maire s’est bien gardé, le coquin, de relater l’incident dans le Procès-Verbal de séance, ça faisait un peu trop désordre.

Un oubli volontaire, une nouvelle petite bourde supplémentaire… Son opposition, vigilante, n’a manqué d’exiger la rectification du Procès-Verbal lors du Conseil du 30 juin.

Bilan à mi-mandat : « Les Bourdes Du Maire »

La Bourde du Permis de Construire

Le Maire a tendance à dénigrer les autres facilement. il se drape dans le linceul de donneur de leçons mais il oublie trop souvent de se regarder dans la glace pour distinguer ses vraies qualités de champion de la « Bourde » !

En septembre 2015, le Maire présentait au vote du Conseil Municipal la levée de l’Emplacement Réservé à une Superstructure qu’il avait mis en place en septembre 2013 pour contrôler le devenir de la clinique de l’Hippodrome. C’est là qu’un Conseiller Municipal de l’opposition lui faisait gentiment remarquer qu’il n’était pas nécessaire de lever ce droit de préemption puisque la clinique avait déjà été vendue en avril 2015 à son ami Philippe LIEBART.

2015-05-21 Travaux clinique Hippo (3)Photo prise le 21/05/2015

De plus, depuis le moi de mai des gros travaux de terrassement et de modification de façade étaient en cours.

Particulièrement mécontent, Marc-Philippe DAUBRESSE, le Député Maire, l’ancien Ministre du Logement, avait alors qualifié son opposant d’incompétent notoire et lui avait même proposé de passer quelques heures dans son bureau pour le former au Code de l’Urbanisme.

Mais ce grand spécialiste de l’urbanisme, responsable de la délivrance des Permis de Construire de la ville de Lambersart, de la  MEL et aujourd’hui du SIVOM, laissait son ami Philippe LIEBART faire des travaux de terrassement et de ravalement de façade depuis le mois de mai en ZPPAUP sans avoir déposé la moindre demande de permis de construire.

2016-02-26 Permis Construire HippodromeIl aura fallu l’intervention des incompétents auprès du Préfet en octobre 2015 pour qu’enfin une demande de permis de construire soit déposée par Philippe LIEBART en novembre 2015. Le Permis de Construire ne fut accordé que le 26 février 2016 avec 9 mois de retard sans que pour autant le Maire, grand spécialiste de l’Urbanisme, ancien Ministre du Logement, responsable de la délivrance des permis de construire ne fasse suspendre les travaux comme le prévoit pourtant explicitement le Code de l’Urbanisme.

Heureusement que les Lambersartois ont la chance d’avoir comme Maire un ancien Ministre du Logement qui possède toutes les compétences requises en ce qui concerne l’urbanisme. Sinon, ils seraient encore occupés à se demander : « Mais qui est donc cet incompétent qui méritait quelques cours de révision ? »

Bilan à mi-mandat : « Les Bourdes du Maire »

La bourde Démagogique du taux de la taxe d’habitation

Lors du Conseil Municipal du 6 avril 2017, Le Maire avait caché jusqu’à la dernière minute la baisse de 2% du taux de la taxe d’habitation en faisant déposer la délibération renseignée sur table le soir du Conseil Municipal.

Il voulait ainsi se réserver ce scoop devant la presse, un vrai cas d’urgence cette délibération. Pour se justifier, comme à l’accoutumée, il avait raconté quelques petites carabistouilles de son cru, il lui fallait vérifier le jour du Conseil si cette baisse était possible auprès du Préfet ?

Pourtant, c’était assez simple puisque son opposition réclamait cette baisse dès le début du mandat. Elle avait d’ailleurs annoncé  qu’en cas de victoire, elle baisserait les impôts locaux de 10% au cours du mandat.

Le Candidat DAUBRESSE s’était alors empressé de dénoncer cette baisse qu’il qualifiait d’impossible, d‘irréaliste, de démagogique. Son opposition vivait dans un autre monde !

Alors procédons à une petite démonstration mathématique pour expliquer qu’il vient de faire la moitié du chemin de cette baisse démagogique, irréaliste et pas si impossible donc :

Pour faire simple prenons comme base de calcul une valeur locative de 1.000€ et un taux d’imposition de 40% et comparons :

Le Maire et sa Majorité
« Lambersart Le Cœur en Plus »
Baisse de 2% du Taux soit 40% -2% =38%

Soit une baisse de la taxe d’habitation de :

40 – 38 x 100% = 5% de la Taxe d’Habitation

Calcul avec un montant de la Taxe d’Habitation à 40% :    1000€ x 40% = 400€

Calcul avec un montant de la Taxe d’Habitation à 38% :    1000€ x 38% = 380€

Soit 20€ d’écart en % 20 x100/40= 5% Taxe d’habitation

Conclusion : Effectivement 20€ = 5% de 400€ 

la baisse de 2% du Taux d’imposition correspond à une baisse de 5% de la taxe d’habitation !

Baisse de 10% de la taxe d’Habitation cela fait :

(400€ – 10%) = (400€ – 40€) = 360€

L’écart est donc de 40€

 

 

Conclusion : la baisse de 10% de la Taxe d’habitation correspond à une baisse de 4% du taux d’imposition.

Le maire a donc déjà fait la moitié du chemin irréaliste, démagogique et impossible !

L’opposition réclame une nouvelle baisse de 2% du taux d’imposition avant la fin du mandat !

 

DES INDEMNITES BIEN GRASSES

Après sa défaite électorale, le maire s’est empressé ce 30 juin au Conseil municipal de justifier l’augmentation de ses indemnités de 600%. Voici l’intervention de F. Dehaeze à ce sujet .
Monsieur le Maire,
Cette délibération appelle plusieurs remarques et questions :
En avant propos on regrettera une fois de plus le langage technique qui empêche le non-initié de se rendre compte des sommes dont on parle…
La première remarque est la suivante : nous nous interrogeons sur l’urgence qu’il y aurait à vous augmenter de plus de 600% soit de 4000€ par mois dès ce soir.
En effet, personne ne conteste ici votre mandat de maire de notre ville, qui est un mandat synonyme de lourdes responsabilités.
Mais avant la fin de votre mandat de Député, vous perceviez de notre commune 722€ pour votre fonction de Maire…
Aujourd’hui, votre mandat parlementaire fini, vous vous augmentez afin de toucher une indemnité de 4751€ par mois. Cette indemnité est effectivement fixée par la loi mais rien ne vous empêche de prendre une disposition contraire.
Or, si nos informations sont exactes, vous êtes protégés de votre perte de revenus de Député par une allocation spécifique…Quel est l’intérêt de vous augmenter immédiatement sur le compte des Lambersartois si vous touchez 5999, 80€ brut durant les 6 prochains mois en tant que désormais ex-Député?
Et je ne parle même pas ici de votre droit à la retraite en tant que Député, qui, si vous dépendez bien de l’ancien régime, vous permettra de percevoir ensuite la somme de 6329€/ bruts par mois pour vos 23 années de cotisation.
Ce qui veut dire qu’en patientant quelques mois pour voter votre augmentation, vous feriez faire une économie de près de 25 000€ à notre commune, sans rien y perdre.
A l’heure où nous demandons des efforts à tous, ne serait ce pas un minimum que d’optimiser les dépenses si cela est possible?
La seconde remarque est la suivante :Comme lors de l’installation de ce Conseil Municipal en 2014, nous appelons au respect et à la reconnaissance de l’investissement que représente la mission de Conseiller Municipal, de la majorité comme de l’opposition, en instaurant une indemnité symbolique de 100€ par mois.
En effet, outre le temps que personne ne compte ici au service des autres, même si notre façon de voir les choses et parfois différentes et que nous l’exprimons, mais n’est ce pas cela la démocratie? Il y a les frais d’essence, de garde d’enfants ou autres frais engendrés par notre mandat qu’il nous semblerait tout simplement normal de compenser en partie par ce geste, comme cela se fait dans un grand nombre de communes.
La troisième remarque concerne le coût faramineux de votre gestion des responsabilités!
Rendez vous compte : 21 délégations!
Et un total annuel pour s’offrir ce luxe de près de 280 000€ par an dépensés par les Lambersartois!!
Comment font donc ces Maires qui dirigent des villes de taille identique avec « seulement » 10 Adjoints??
Ces Maires auraient ils un mode de gestion plus efficace ou des capacités supérieures?
Enfin et pour terminer, dernière remarque. Elle concerne vos engagements auprès des Lambersartois.
En vous partageant ces quelques 280 000€ par an avec vos colistiers, vous atteigniez 79,84% de l’enveloppe maximale autorisée susceptible d’être allouée
De votre côté vous vous octroyez, en votre qualité de Maire,  dans cette délibération l’indemnité la plus forte possible!
Ce qui veut dire que l’effort réalisé pour atteindre ces 79,84% n’est supporté que par vos adjoints et conseillers délégués.
Même si l’on dit que charité bien ordonnée commence par soi-même, quand on a connaissance des chiffres précédemment cités, cette décision n’est elle pas choquante sur le principe?
Mais surtout, elle n’est pas conforme à votre engagement auprès des Lambersartois inscrit dans votre programme qui stipule que vous plafonneriez les indemnités des élus à 75% du plafond maximal légal.
Aussi, nous vous demandons, étant donné votre retour aux affaires, de diminuer le nombre de délégations à 13 ou de nous expliquer pourquoi cela est impossible.
Ce qui représenterait une économie de plus de 67000€ par an pour la ville!
D’indemniser symboliquement tous les conseillers municipaux à hauteur de 100€ par mois,
Si notre approche théorique est exacte, de reporter l’augmentation que vous vous octroyez au dernier conseil municipal de l’année afin de faire faire une économie supplémentaire de près de 25000€ à notre ville.
Et de tenir votre engagement en réduisant les indemnités des élus de façon à respecter votre promesse électorale des 75%.
Ce qui, pour information, dans le cas où vous refuseriez de réduire le nombre de délégations, représenterait quand même une économie 14000€ par an pour la ville.
Merci Monsieur le Maire

NOTRE CONFERENCE DE PRESSE

LAMBERSART

À mi-mandat, l’opposition se félicite de « marquer des points »

L’opposition, emmenée par Yvon Cousin (à gauche) et en l’absence de Frédéric Dehaeze, se félicite de petites victoires remportées ces derniers mois. 

«  Il faut bien reconnaître, affirme d’emblée Yvon Cousin, que l’opposition n’a pas une vie facile à Lambersart, on nous met pas mal d’embûches…  » Les élus déplorent de ne pas être «  associés aux réflexions  » au SIVOM, au sein du comité technique, aux discussions sur les rythmes scolaires ou sur la « ville intelligente ». Impression d’une volonté de «  barrage  », parfois aussi, face au refus d’intégrer un élu d’opposition dans les conseils d’école ou face aux «  délais très courts  » entre l’envoi de documents et les réunions. Ils évoquent aussi «  le mépris  » dont ils seraient parfois la cible.

L’origine ? Elle remonterait toujours aux municipales de 2014, selon les élus : le départ de la majorité de MM. Cousin, Coffyn et Dehaeze et le score final très serré. «  Le maire ne nous pardonne toujours pas de représenter près de 50 % de la population et d’avoir été à l’origine de son déclin  », assène Yvon Cousin.

2 Des « succès »

«  Malgré ces embûches, nous marquons des points !  », positivent les opposants. À leur actif, revendiquent-ils, plusieurs victoires. À commencer par la baisse du taux local de la taxe d’habitation de 2 % cette année. «  Nous l’avions inscrite dans notre programme, on nous a alors qualifiés d’irréalistes, appuie Olivier Fauchille. C’est un premier pas…  » Lui et ses collègues réclament toujours – 10 %. Toujours côté finances, Marie-Françoise Delesalle rappelle un autre «  succès  », le Lambersart Infos. Le magazine est passé en quelques mois, pour raisons budgétaires, d’hebdomadaire à bimensuel puis à mensuel. «  Peut-être ont-ils pris conscience du ras-le-bol des habitants  », suppose-t-elle.

Bernard Coffyn revendique, lui, «  un contrôle sérieux de l’ensemble des comptes  » : «  Lors du dernier conseil, par exemple, un document comptable était erroné  », rappelle-t-il. Il évoque aussi les quatre plaintes en cours*, preuves d’un «  travail de contrôle  », selon lui.

3 Regard sur la gestion municipale

«  Notre exigence, c’est l’intérêt général, on contrôle tous les projets immobiliers, explique Bernard Coffyn. C’est pour ça que nous nous sommes opposés à ceux du stade Guy-Lefort, du Castel Saint-Gérard, aux serres Casier…  » Les élus revendiquent une proximité avec les habitants, les associations, et ont d’ailleurs entamé des tournées dans les quartiers, «  à l’écoute des attentes des Lambersartois  ». «  Il faut croire que c’est une bonne idée, la majorité nous a emboîté le pas !  », sourient-ils. Autre idée qu’on leur aurait chipée : la navette seniors. «  Elle fonctionne trop peu, c’est dommage, commente Sonia Loquin. Il faudrait aller chercher les personnes âgées à domicile.  »

Pour les jeunes, les ados, les élus réclament toujours un local par quartier. S’ils se réjouissent de l’arrivée de box dans les bibliothèques pour le wifi – comme ils l’ont réclamé –, ils souhaiteraient aussi qu’une discussion s’engage autour de la mise en place d’un budget participatif et déplorent que «  les mises aux normes des bâtiments municipaux soient toujours décalées  ». «  Au final, concluent-ils, par notre vigilance, nous parvenons à faire bouger les lignes.  » Le bras de fer risque de se durcir encore d’ici 2020…

* À l’été dernier, deux plaintes contre X ont été déposées pour détournement de fonds publics. Au début de l’année, une autre accusation a été lancée contre des sessions de formation qualifiées de « fantômes » par l’opposition.

CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JUIN 2017

CE QUE J’AI DIT…..

Publié le 4 juillet 2017 par lambersart-yvon cousin

RYTHMES SCOLAIRES CM du 30/06/2017

Monsieur le Maire,

Je ne pense pas qu’il soit utile de refaire le débat des années 2013-2014 . Comme nous, vous avez alors condamné la réforme des rythmes scolaires .

En avril 2013, vous écriviez dans Lambersart infos « nous ne voyons pas la valeur ajoutée de cette réforme qui impliquera un coût supplémentaire équivalent à 7% d’impôts locaux . ..; et je sens une grande résistance de la part des parents et des enseignants »

En juillet, vous ajoutiez qu »en tant que député j’ai voté contre la réforme : une réforme mal préparée …pour un bénéfice discutable sur le rythme de l’enfant ... »

L’année suivante, vous récidiviez en écrivant : « les ¾ des personnes interrogées souhaitent le statu quo et ne voient pas l’intérêt de cette réforme…mal préparée dans le cadre d’un décret mal fagoté « 

Malgré toutes ces déclarations, en vous retranchant derrière votre fonction de maire, vous avez vite baissé pavillon et arraché l’assentiment des Lambersartois pour une solution boiteuse sur le plan éducatif qui abandonne la moitié des enfants le vendredi après midi, « ce qui n’est pas une très bonne chose » vient de déclarer dans une belle litote le nouveau ministre de l’Éducation Nationale . (VDN  26 JUIN 2017)

Le groupe de « Lambersart le cœur en plus ! » se montrait bien plus combatif que vous. Vous nous compariez même à des délinquants. Mais passons, ne nous chamaillons pas sur ces choix .  Prenons acte que malgré les déclarations de quelques experts chronobiologistes, les effets de cette réforme sont contestables et contestés. Les parents constatent, et un rapport de l’IGEN le confirme, que leurs enfants sont fatigués et à 80% rejettent la nouvelle organisation.  Les écoles privées du département dont 11 sur 363 avaient quand même,  » sans obligation », choisi d’appliquer les 5 demi- journées de classe,  ne sont plus que 3 aujourd’hui. Ne parlons pas des NAP souvent indigentes où le coloriage répétitif est hissé au rang d’art pictural. A Lambersart même, les comités de suivi ne se réunissent plus, par désintérêt certainement.

Et voilà qu’aujourd’hui le gouvernement offre la possibilité de revenir à la situation antérieure, celle que, comme nous, vous préfériez. Nous avions toutes raisons de nous réjouir et nous nous apprêtions même à vous suivre dans une belle unanimité retrouvée. Les groupes Lambersart passionnément et « Lambersart le Cœur en Plus  ! », serrés l’un contre l’autre pouvaient se préparer à vivre et à faire vivre des jours radieux. L’entente et le bonheur retrouvés, en quelque sorte !
Hélas, trois fois hélas, vous nous proposez ce soir d’ajourner notre bonheur. Pourquoi ? Reniez-vous ce que vous affirmiez il y a peu ? Le coût de la réforme vous indiffère-t-il maintenant ? Pouvez vous, même grosso modo,  nous en faire ce soir un bilan financier ? La ville s’enrichirait-elle donc sur le dos de l’État et des familles dans cette opération ? Êtes vous convaincu maintenant que l’intérêt de l’enfant est différent de celui que vous croyiez être en 2014 ? Ce n’est sans doute pas le cas.

Avouez alors, M. le Maire, qu’en nous présentant cette délibération, vous êtes inconséquent, c’est à dire en contradiction avec vous-même !

A cette inconséquence, je voudrais ajouter la fâcheuse impression d’une non réactivité. Que proposez vous ? Un trimestre pour réfléchir et consulter et un autre pour décider. Bien des villes voisines, sachant comme nous depuis l’élection présidentielle que le changement de rythme scolaire pourrait être effectif à la rentrée 2017, ont pris les dispositions nécessaires en quelques semaines . Ici, rien. On va regarder passer les trains. Lambersart vit en léthargie.

Mais direz-vous , je suis démocrate, je vais consulter. En 2014, vous aviez déjà noté après consultation que » la solution du regroupement des activités périscolaires sur une ou plusieurs demi-journées venait nettement en recul, à l’exception de l’école La Fontaine, dans le choix des parents. » Vous avez pourtant choisi de libérer le vendredi après-midi. Quelle démocratie !

Mais, admettons que vous soyez devenu démocrate. Vous ne nous aviez pas habitué à cela, Monsieur le Maire. Certaines associations aux MUCHAUX, à Canteleu ou ailleurs vont se réjouir de votre changement d’attitude. Hélas, en attendant la fin de vos atermoiements les enfants continueront à se fatiguer inutilement, les parents continueront à payer cher les NAP (nouvelles activités périscolaires) et la ville les centaines de milliers d’€uros dont vous parliez en novembre 2014. Même l’Éducation Nationale qui pourtant n’est pas réputée pour sa célérité va nous devancer. Vous venez en effet de recevoir la note  enjoignant les conseils d’école à se prononcer pour le 7 juillet. Ils y arriveront tandis que nous, nous n’avons rien anticipé .

Nous aurions tant aimé vous accompagner dès maintenant dans le retour aux 4 jours de classe, Monsieur le Maire. Hélas, votre inconséquence et votre manque de réactivité sous couvert de démocratie nous séparent encore aujourd’hui. Nous voterons contre cette délibération stérile.

Je vous remercie.