RAISONS DE NOTRE DEPART DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 DECEMBRE 2015

RAISONS DE NOTRE DEPART DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 DECEMBRE 2015

Monsieur le Maire,
Les Elections Régionales ont montré une fois de plus que les citoyens sanctionnaient de plus en plus les politiques politiciennes et leurs pratiques.
Ici à Lambersart, nous vous avons plusieurs fois alerté sur ce qui nous semble être un manque de respect de la Démocratie, de votre opposition, et donc des habitants.
Vous nous avez souvent raillé et rarement écouté, refusant tout dialogue constructif, tout en continuant à essayer de nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas.
Ces derniers jours, vous avez dépassé les bornes. Et nous choisissons de réagir.
La liste pourrait être très longue mais nous avons choisi trois exemples : 
Premier exemple : Vous essayez à nouveau de nous faire accepter un PV du dernier Conseil Municipal qui ne reprend que 30% de vos propos. Quand, nous vous l’avons fait remarquer par le passé à plusieurs reprises, vous nous avez répondu que c’était une synthèse et que la loi vous y autorisait.

  Certes. Mais nous n’avons pas la même notion du mot synthèse. Car condenser des propos ne veut pas dire retirer les mots qui pourraient vous desservir, jusqu’à retirer des phrases complètes et des notions qui disparaissent totalement des comptes rendus. Ainsi dans le PV du jour, vos propos qui mettent en cause Martine Aubry par exemple, ou ceux où vous sous entendiez de manière explicite l’ignorance supposée de certains des membres de notre équipe, et qui restent des propos déplacés et condescendants, disparaissent totalement du compte-rendu. Idem sur les sujets immobiliers où vos déclarations sur tel ou tel sujet ont complètement disparu. Cela ne nous semble pas respecter la réalité, maladroit ou malhonnête nous laissons à chacun la liberté de choisir le mot qui lui convient.

 
Second exemple : Une fois encore, ce que vous appelez pudiquement « vos contraintes d’agenda » nous ont tous obligé à déplacer le conseil municipal. Cette fois, en nous prévenant par courriel le mardi après-midi pour le jeudi, et en fixant une nouvelle date en tout début de la période de vacances scolaires, vous avez poussé plus loin que d’habitude le manque de respect envers vos élus et les personnels administratifs. Vous qui prétendez sans cesse pouvoir gérer tant de chose en même temps, nous vous invitons à prendre exemple sur vos voisins qui exercent le même type de responsabilité, tout en planifiant leurs conseils parfois un an à l’avance. 

 
– Enfin troisième exemple, sur la dernière parution de votre journal de propagande payé par les contribuables, vous nous avez une fois encore attaqué, tout en faisant preuve d’une malhonnêteté intellectuelle incroyable et nous ne pouvons accepter cette nouvelle calomnie. Dans votre analyse des résultats vous faites l’amalgame entre le parti politique « Nous Citoyens » dont seul un de nos colistiers est membre et c’est son droit le plus strict, et les élus de « Lambersart le Cœur en Plus » qui réunissent des Lambersartois de sensibilités différentes sur un projet pour la ville et sur des valeurs dont vous incarnez de mieux en mieux l’antithèse. 

Au sein de « Lambersart le Cœur en plus », chacun est libre de s’exprimer ou de se présenter à des élections comme il l’entend en dehors du cadre municipal où nous réalisons un travail collectif. Ainsi certains de nos membres soutenaient l’action de « Nous Citoyens », d’autres soutenaient  Xavier BERTRAND, et ça vous ne vous pouvez pas l’ignorer. Et pourtant vous avez osé faire l’amalgame dans l’unique but de tenter de nous discréditer, c’est minable. Cette tribune est donc irrespectueuse et malhonnête

Elle vient compléter votre triste stratagème de communication qui essaye de nous faire passer pour des contestataires systématiques,  alors que nous proposons sans cesse de nouvelles choses que vous n’écoutez pas.
Nous passerons rapidement sur vos sous-entendus en conseil municipal, les railleries et quolibets de certains membres de votre équipe, la place laissée au strict minimum pour que nous puissions nous exprimer, ou autres stratagèmes d’un autre temps.
Nous ne perdrons pas non plus de temps à souligner vos pseudo-commissions ridicules censées élargir la consultation citoyenne là où vous n’êtes pas capable, en premier lieu, d’écouter et de travailler avec les représentants élus de votre opposition.

 
Parce que exaspérés par ce manque de respect permanent de notre équipe, et donc de près d’un Lambersartois sur deux qui vous ont pourtant clairement signifiés leur choix. 

 
Parce que vous ne respectez pas une certaine intégrité dans les procès- verbaux des conseils et que notre travail, ainsi que la sincérité des débats y sont galvaudés

 
Parce que nous voulons marquer fortement notre ras le bol, et vous rappeler que nous souhaitons travailler avec la majorité dans le respect des divergences de points de vue, au bénéfice des Lambersartois et que vous nous en empêchez.

Par ce geste symbolique de ne pas siéger au Conseil Municipal de ce 21 décembre 2015, puissiez-vous entendre la colère des citoyens que nous représentons, et qui n’en peuvent plus des manœuvres politiciennes stériles alors que tant de travail reste à faire.

Si des responsables politiques tels que vous Monsieur DAUBRESSE, n’arrivent pas à changer leurs façons de faire alors le pire est à craindre pour notre démocratie dans les temps à venir.

3 réactions au sujet de « RAISONS DE NOTRE DEPART DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 DECEMBRE 2015 »

  1. quand on voit qu’on va lui confier une mission en plus à paris écoeurement total!!! dégout de cette politique ce qui arrive en Espagne lui pend au nez

  2. Monsieur Daubresse incarne tout ce qui nous motive à nous investir en politique. Nous, les citoyens avons le devoir de nous lever pour faire comprendre que l’intérêt général prime sur tout autre intérêt particulier. Ce mot ne semble pas faire partie du vocabulaire de ce triste sire, qui se croit intouchable. Bravo pour votre combat dans l’intérêt des Lambersartois et bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *